Yo pitjé'w, yo izé'w, ou chiré, dépwélé, chikoungounié, dékatjé, déchiré ........PA FANN !!!
 

Désann la "Villa NACO"  sanmdi gra (14 Févriyé 2015) épi :
 

Doktè : Dj Payou 
Mékanisien : Dj Halan
Koutiriez : Wélélé Bann 


DÉCHIRÉ PA FANN 
SWARÉ KANNAVAL L'AM4 
20h-04h

Tarif: 25€ - uniquement en prévente  

Softs et plat chaud offerts.


Contacts AM4:
0696376990 / 0696333642 /0696390808

FOS


On pourrait se demander pourquoi organiser des swaré danmyé-kalennda-bèlè, pourquoi cet amour, cette volonté, ces efforts pour le danmyé-kalennda-bèlè ?
Le danmyé-kalennda-bèlè, c’est d’abord une formidable Energie. C’est une des manifestations de cette Energie vitale qui habite l’univers tout entier, qui habite notre propre personne, qui habite toutes les composantes de Lawonn (lavwa, lavwa dèyè, bwatè, tanbouyé, danm, kavalié, asistan) et qui, lorsque nous parvenons à harmoniser ses multiples manifestations, produit ces moments de magie et de force que les individus et la communauté ressentent, que tout le monde recherche ; I ka « chajé » nou pou nou tjenbé red.
« Lè nou ka alé an bèlè, sé sa nou ka chèché, nou ka chèché pou nou sanblé fos-la, pou nou lianné énerji-a, nou ka chèché pou nou ansanm. Sé pa anni fè pa épi fè not, sé chimen pou trouvé sans lavi-a, pou aprann dékouvè fos-la. (…) » (Extrait de Lespri bèlè, doc Coordination Lawonn bèlè, 2011)
Le danmyé-kalenda-bèlè, c’est aussi, historiquement, le témoin, l’acteur, le compagnon de nos luttes contre le racisme, l’injustice et la négation de nous-mêmes. C’est une affirmation de notre Etre, de notre droit à l’Existence, et de notre droit à une vie décente. C’est une célébration permanente de notre effort de survie et de vie.
(…) sé an rézistans. Sé an répons kont an kondision yo té enpozé nou. I édé nou tjenbé siek an siek. Mé rézistans-lan ka koumansé épi an ekzistans : nou ka di nou la ; nou ka kréé an lien solid ant nou ; nou ka gadé misié-a ka tjenbé fwet-la, ek nou ka gadé le monde.(doc cité)
Qu’on ait en mémoire le rôle joué par les kalennda dans la résistance des esclaves, l’épisode emblématique de l’esclave Romain, les évènements symboles du mois de décembre…
En ce sens, le danmyé-kalennda-bèlè apparaît comme une importante thérapie individuelle et collective. Il nous aide à nous réconcilier avec nous-mêmes, à remettre en question tout le mal qu’on a dit de nous et sur nous, à retrouver confiance en nous et estime pour nous.
Le danmyé-kalennda-bèlè, c’est également un chemin de vie, une éducation, une Voie. Sa construction technique et son organisation relationnelle intègre, de manière dominante, des valeurs fondamentales : sé lanmou ki tout - sé lespri kò ki met kò - sé lonnè épi respé - sé yonn a lot yonn épi lot - sé lézalié, sé lafanmi, sé frè é sè - sé tjenbé red pa moli - sé lod - sé tjè’w ka mennen’w mé pa sali dlo-a - sé an fil san fen - sé dé fas an tout bagay, démélé-a ki tout - sé silon. Ces valeurs traduisent une vision positive du monde qui régulent notre « Vivre ensemble ». Les Anciens de notre peuple appelle cela Lespri-a, le Manniè-viv, Lespri péyi dèyè-a.
« (…) Bèlè ka permet nou wè serten bagay ki andidan nou. Mé ni anlo bagay dèyè sa, sé an manniè-viv, sa ni an psichik dèyè. Pas, an vré, bèlè sé an chimen pou lespri’w pran wotè é pou i rivé jwenn tou sa ki bon andidan’w, tou sa ki bon andidan moun, tou sa ki bon adan sa ki alantou-nou, adan lakréasion. ». (doc cité)
C’est notre vision du Bien, notre Larel. Nous pouvons y puiser une force pour mener une lutte contre les influences négatives, pour nous améliorer, pour éduquer nos enfants, pour vivre avec nos rencontres sentimentales, nos parents, nos camarades, nos amis, notre communauté… et même avec nos ennemis.
Et puis, le danmyé-kalennda-bèlè est un appel permanent à la recherche de l’harmonie entre nous, à la recherche d’une véritable union de combat. Il ne s’agit évidemment pas d’une union angélique et trompeuse confondant opprimés et oppresseurs. Le DKB est l’émanation de notre peuple dans sa lutte d’auto-défense, il représente le peuple et ses intérêts, il est dans le camp du peuple.
Maintenant, le peuple est fait de diversité : les individus ne sont pas pareils, il y a des groupes sociaux, il y a des travailleurs manuels et des travailleurs intellectuels, il ya des enfants, des jeunes et des personnes âgées, il y a des femmes et des hommes, il y a une diversité de compétences, d’expériences, d’engagements, de responsabilités… Il y a donc des sensibilités différentes et donc des opinions, des pratiques, des organisations différentes, bref des contradictions.
Le DKB nous dit : sé lézalié ki la, sé pa lènmi ki la. Il nous invite à nous reconnaître entre nous, comme faisant partie d’un même camp, à ne pas traiter notre diversité, nos différences, nos contradictions comme des antagonismes ; il nous invite à « apprendre à vivre entre nous » et à faire échec aux plans conçus par Lynch (ce leader esclavagiste du XVIIIe) visant à « diviser les nègres pour au moins trois cents ans ».
Le DKB nous indique un Larel à suivre : ne pas confondre unité et uniformisation, ni non plus diversité et dispersion. Permettre ainsi aux différences d’exister et de s’exprimer, les respecter et se traiter mutuellement sur un pied d’égalité, mais en même temps dialoguer, mettre en avant ce qui est principal, mutualiser les forces et coopérer dans tout ce qui est possible.
Il nous indique une démarche : créer nos propres Institutions de la Tradition, qui puissent nous permettre, nous Martiniquais, de réfléchir ensemble et par nous-mêmes en partant de nos propres critères ancestraux, de réguler la pratique, de négocier les évolutions, d’établir un rapport de dignité avec les institutions de l’Autre.
L’expérience de Coordination Lawonn bèlè qui crée un cadre d’échange pour l’ensemble du monde kalennda-bèlè, les efforts actuels au sein du monde danmyé pour créer une organisation unitaire du danmyé, et d’autres expériences qui vont dans le même sens, sont à étudier, approfondir et préserver.
Bien sur, au sein même de notre Tradition et de notre peuple, existent des forces multiples (individus, organisations, réseaux) qui, pour des intérêts particuliers, volontairement ou inconsciemment, poussent à la dispersion voire à la division. Mais, quelles que soient les péripéties, nous n’avons pas le choix : si nous voulons « faire peuple », investir ce pays de la pensée et de la volonté martiniquaises, il nous faut apprendre à nous unir, à unir notre camp, afin d’accumuler une force suffisante capable de peser pour orienter notre destin commun.
Pour sa part, la swaré danmyé-kalennda-bèlè de l’AM4, l’ensemble de l’activité de l’AM4, veulent être une contribution à la révélation, au rayonnement, à la construction de cette Force spirituelle, historique, politique et sociale, relationnelle et organisationnelle dont est porteur le danmyé-kalennda-bèlè.
Danmyé-kalennda-bèlè sé an fos, fos-li pé fè fos pou ba fos péyi-a plis fos.

 


Martinique - 17 janvier 2015
Comité directeur de l’AM4

Salon Handi-valide 2014

 

L'association AFROP HAND a convié l'AM4 au gala de clôture de la 4ème édition du salon Handi-valide.
Ce fut un grand moment de partage et d'échange autour de la tradition.

 

Dimanche 16 novembre 2014

 

Moman Bèlè AM4 Twazilé

Bel bonjou Manmay toupatou, manmay Matinik, manmay bèlè, manmay danmyé, manmay l'AM4.

An lanné bout pou fè plas ba an lot : Dé mil katoz.

Lanné a ki pasé a té rich an bon kon an mové. Nou ni an bel pansé ba tout sa ki pati kité nou, tout sa ka goumen kont an maladi ek kont difikilté ki an lavi-a. Erèzman, nou viv dé bel moman adan swaré bèlè , moman bèlè ek toupatou mes Matinik rézonnen . Nou kontan tras-la danmyé ka pran, pas manmay danmyé péyi-a fè dé sanblé pou réfléchi kouman défann épi organizé danmyé-a. Chak moun ka poté sa yo pé pou fè projé-a vansé

Chak lanné l'AM4 ka fè « les vœux » kon yo ka di an fransé, oliwon an manniè viv. Pas, pa oubliyé manmay ,bèlè sé lavi, sé an manniè viv. Lanné pasé adan l'AM4 nou té pran « Sé lanmou ki tout », pas sé tjé'w ka mennen'w, é san lanmou nou pa ayen. Sé an manniè viv nou pou tjenbé tout lavi-nou.

Jodi jou, an lot lanné ka bat. Mwen ka mandé lafos, lasanté, épi kouraj ba manmay toupatou oliwon latè.Espési alman pou manmay danmyé épi bèlè an péyi-a, osi pa lot bo dlo. . Mwen ka vréyé an bel fos ba tout lézansien, an bon santé pou yo toujou maché an chimen-an épi nou. Mwen ka di la kordinasion an bon lanné travay. Mwen ka swété tout asosiasion ka dévlopé danmyé bèlè mizik Matinik, mè osi tout sa ka travay ba mes matinik, an bon lanné 2014. Mwen ka swété an bon lanné travay komité direktè l'AM4, tout komisyon ka travay pou fè tounen asosiasion-an, tout lékol mizik, danmyé épi bèlè, adéran, manb épi senpatisan l'AM4. Fos épi kouraj ba manmay siej-la.

Pou démil katoz, adan asosiason-an nou kay débat alantou manniè nou pé viv «Sé lespri ko ki mèt ko » épi nou ké éséyé viv li. Pas sé lespri'w ka mennen'w, sé lespri'w ka koumandé ko'w an tou sa'w ka fè. Osi, chak moun, chak bagay ni an lespri fok nou respekté'y épi viv épi'y.

L'AM4 kay kontinié bel travay-la i ja ka mennen, épi nou ké vansé ansanm pou atenn objektif lanné tala. Espésialman, nou lé mété kavalié a lonè, adan tout bagay kon tel bokantaj pou nou pé konprann poutji yo ra an bèlè, ouben manifestation alantou valè ek rol-yo.

Pou fini mwen ka ripran « Sé lespri kò ki met kò », épi BON LANNE 2014.

 

Pou komité direktè l'AM4

Prézidan,

Lisien DIAMIN

Moman bèlè à la pagerie des Trois-Ilets, ce Samedi 24 Mai 2014 à partir de 19h.
Restauration sur place.

Nou ka atann zot manmay

MOMAN DANMYÉ-BÈLÈ DE L'ATELIER BÈLÈ DE RIVIÈRE-SALÉE

 

L'atelier bèlè de Rivière-salée organise un moman danmyé-bèlè

vendredi 6 juin à partir de 18h30 au marché du bourg de Rivière-salée.
Tout moun-lan invité; Dépi...... Bwatè, tanbouyé, lavwa, lavwa dèyè, dansè, dansèz, danmyétè danmyétèz, asistan...


 

Moman danmyé-bèlè latilié bèlè Lavièsalé

vandrèdi 4 juiyé dépi Sizè édimi diswè jikà minui 

dan marché bouk Lavièsalé-a.
Nou ka atann zòt : Bwatè, tanbouyé, lavwa, lavwa dèyè, dansè, danmyétè, asistan...

 

 

L'atelier bèlè de Rivière-salée organise un moman danmyé-bèlè vendredi 4 juillet de 18h30 à minuit au marché du bourg de Rivière-salée.
Vous êtes tous invités: Bwatè, tanbouyé, lavwa, lavwa dèyè, dansè, danmyétè, asistan...

 

 

 

FESTIVAL CULTUREL DE FORT-DE-FRANCE 2014

Samedi 12 Juillet 2014 à 18h30  Esplanade  kiosque Guédon

Thème du Cénacle : Mieux comprendre nos "swaré bèlè"

Présenté par Georges DRU

 

Mardi 22 juillet 2014 - Grand Carbet du Parc Culturel Aimé CÉSAIRE

Deuxième représentation de DANMA

 

Un franc succès !

Une salle comble, une bonne énergie, de grands moments d'émotion...!

Des retours largement positifs.

Ce spectacle était dédié à la mémoire de Jacqueline LUTBERT, chorégraphe de la troupe culturelle de l'AM4, décédée le 23 juin 2014.

Merci à elle...

Merci à nous tous ! ..... Merci à vous tous qui étiez là !

LA SWARÉ DANMYÉ-KALENNDA-BÈLÈ :

 

POU NOU TJENBÉ LAREL-NOU

 

                        La culture danmyé-kalennda-bèlè nous invite à « être nous-mêmes ».

 

            La swaré bèlè est l’espace de vie traditionnel et identitaire de la culture bèlè ; là où s'exprime le mieux ce qu'elle traduit profondément : la volonté et la capacité de la communauté martiniquaise à Etre, le besoin du "Vivre ensemble" et de la Communion, l'importance de chacun dans l'affirmation collective. C'est un espace ritualisé d'échange (entre pratiquants, avec les assistants, avec « sa ki alantou »), d’'expression et de créativité, d'apprentissage aussi.

 

C'est un moment important dans la vie de la communauté bèlè et du peuple martiniquais : nous nous rassemblons autour d'un certain nombre de valeurs (identité, solidarité, respect, liberté/responsabilité, fraternité), nous tentons d'aller au plus profond de nous-mêmes, à la recherche de notre âme collective.

 

            Le monde bèlè essaie aujourd'hui de porter des réponses à de nouvelles questions posées par le renouveau du bèlè et des swaré : comment gérer le nombre, comment établir des règles communes et une régulation, comment préserver le sens ? Pour cela, il s'est largement regroupé au sein de Coordination Lawonn Bèlè, une institution issue de la tradition, une institution qui nous est propre et qui peut nous aider à construire notre propre parole de « moun bèlè », notre propre parole de Martiniquais, et à la dire au monde.

 

                        La culture danmyé-kalennda-bèlè nous invite à « ne pas oublier ».

 

            Les swaré bèlè s'inscrivent dans le prolongement de la lutte menée par les Afro-descendants et l’ensemble du peuple martiniquais pour la dignité, et tout particulièrement contre la violence raciste.

 

La Révolution anti-esclavagiste de mai 1848 a supprimé l'esclavage mais elle n'a pas éliminé l'exploitation et le racisme. « Lavi tanbou-a », un des grands conservatoires de notre héritage africain, a su résister à la déshumanisation de l’esclavage, à celle de la politique d'assimilation et au mépris. Elle résiste, aujourd’hui, à la montée d’un néoassimilationnisme qui, prenant prétexte de « modernité », de « développement », d’« universel », de « mondialisation », tente de banaliser sa présence et sa tentative de reprendre le dessus sur les idées d’identité, de responsabilité et de justice qui fondent l’affirmation de notre communauté.

 

            La swaré bèlè est donc l'occasion d'exprimer une profonde reconnaissance à tous nos Anciens qui, animés de leur amour du danmyé-kalennda-bèlè, ont su préserver ses fondements techniques et spirituels et nous les transmettre. La swaré est le moment également de saluer tous ceux, et surtout cette partie de plus en plus importante de la jeunesse, qui se rassemblent autour de « lavi tanbou-a ».

 

            « Bèlè sé an istwa ». Intervenant après le mois de décembre, cette swaré nous offre l'occasion de nous rappeler certains évènements et certaines personnes symboles de la résistance martiniquaise :

 

- L'exécution, en décembre 1871, au lieu dit "La polygone" (Desclieux) à Fort-de-France des participants à L'insurrection du Sud de septembre 1870 contre le racisme et pour le partage des terres.

 

- Les émeutes de décembre 1959 à Fort-de-France, qui secouent la capitale du 20 au 22 décembre. Elles résultent des dramatiques conséquences sociales de la crise de l’économie sucrière et du refus du racisme des CRS et de Français chassés d’Afrique du Nord par les luttes anticoloniales.

 

- La mort (dont nous avons commémoré le cinquantenaire en 2011), le 6 décembre 1961, de Frantz FANON, psychiatre et militant anticolonialiste. En 1952, il a publié “Peau noire, masques blancs”, un livre capital qui analyse les traumatismes créés par l’esclavage et le fait colonial au sein de la société martiniquaise.

 

- La mobilisation, le 6 décembre 1987, de milliers de Martiniquais, pour empêcher la venue du leader de l'extrême-droite française, Jean-Marie LEPEN, en Martinique.

 

- La mort, le 2 décembre 1998, de Maître Marcel MANVILLE, compagnon de Frantz FANON, qui a défendu toute sa vie la dignité de l'Homme, la justice, les droits des peuples, en Martinique et partout dans le monde.

 

- Nous saluons, cette année tout particulièrement, la mémoire de Georges Bernard MAUVOIS (dit « Ti Jo »), militant de la cause martiniquaise, historien, décédé le 6 décembre 2011, à qui nous devons articles et ouvrages nous permettant de mieux connaître l’histoire de notre pays (Louis Des Étages (1873-1925) / Un complot d'esclaves : Martinique, 1831 / Histoire et civilisation de la Caraïbe, Tome 1).

 

                        La culture danmyé-kalennda-bèlè nous invite à organiser notre vie individuelle et collective autour d’un certain nombre de valeurs.

 

            Partout, dans les familles, à l’école, au travail, dans les associations, dans les quartiers, lors des rendez-vous périodiques de la vie et de la culture, il est difficile mais possible, individuellement et collectivement, de desserrer le carcan de la vision du monde diffusée quotidiennement par le système colonial néolibéral. Ce système privilégie l’individualisme au lieu de la solidarité, de la coopération et de la fraternité ; il privilégie le productivisme au lieu de la recherche d’une économie durable ; il privilégie la consommation à outrance au lieu de l’éducation à la satisfaction harmonieuse des besoins.

 

La culture danmyé-kalennda-bèlè est porteuse de valeurs différentes, qui vivent bien au-delà du temps d’une swaré : celles du « péyi dèyè-a » (le pays profond) qui privilégient l’Humain et « Fos-la ». Etre en bèlè, c’est « être en conscience », c'est-à-dire tenir bon, en développant les valeurs qui nous ont aidés à traverser l’histoire ; c’est refuser de nous soumettre au paraître, au quantitatif, au chacun pour soi, et au laisser aller.

 

La swaré bèlè témoigne d’une situation mise en place par notre peuple, au cours de son histoire, pour nous entraîner à dépasser l’intérêt particulier (celui de notre personne, de notre association, de notre parti, de notre quartier, de notre commune …) pour « faire peuple ».

 

Aussi, « Lespri » du danmyé et du bèlè nous invite à soutenir et encourager le moindre bourgeon de résistance, à apprendre à nous reconnaître à travers nos différences et notre diversité (et parfois malgré elles), à nous rassembler, à nous mettre en réseau, à créer partout où cela est possible les institutions de « nous-mêmes », à « tjenbé kò’w, tjenbé péyi-a », à « tjenbé larel-nou ». « Sa ki trasé, sé pa nou ki koumansé’y, sé pa nou ké fini’y » : avant nous, ce n’était pas le déluge, sans nous ce n’est pas le déluge, après nous ce ne sera pas le déluge ; portons notre contribution, en collaboration avec tous ceux qui portent la leur, dans le seul but d’alimenter la force qui tient ce pays et qui tient chacun de nous.

 

            Et, aujourd’hui (comme hier), les idées d’identité, de responsabilité et de justice sociale sont certainement celles qui peuvent nous permettre d’identifier, de comprendre et de fédérer, le plus largement que possible, les efforts de résistance, à quelque niveau qu’ils se situent ; celles qui peuvent permettre d’affirmer une perspective et de faire émerger un projet global pour les court, moyen et long terme, une perspective et un projet enracinés dans la société civile, capables d’unir et de mobiliser le plus grand nombre de militants et le plus grand nombre de Martiniquais.

 

 

                                                                                          Comité directeur de l'AM4

 

                                                                                           Janvier 2012

A PROPOS DE LA CONSULTATION DU 24 JANVIER 2010

SUR L’EVOLUTION INSTITUTIONNELLE DE LA MARTINIQUE

 

Le 10 janvier 2010, le peuple martiniquais s’est prononcé. Dans le contexte actuel, Il a refusé la proposition qui lui était faite par la majorité des élus de mettre en place un nouveau cadre statutaire qui, en domiciliant à la Martinique, en partie ou en totalité, un certain nombre de compétences, aurait pu permettre d’enclencher une dynamique collective et individuelle de responsabilisation, une véritable mutation culturelle dans notre pays. Il faut en prendre acte.

Il faut prendre aussi le temps d’une analyse approfondie qui puisse se garder à la fois de la rancœur et de la démagogie. La consultation du 10 janvier ne clôture pas l’histoire du peuple martiniquais. C’est une péripétie de plus dans la lutte contre l’assimilation. Elle ne peut remettre en cause fondamentalement le mouvement historique ascendant pour l’affirmation de l’identité et de la responsabilité martiniquaises.

En ce sens, la consultation du 24 janvier 2010, même si elle ne rompt pas avec l’assimilation législative, porte sur une proposition de simplification institutionnelle et administrative qui, bien utilisée, peut contribuer à élargir, de façon limitée certes mais tout de même, la marge de manœuvre de la représentation martiniquaise et rendre plus efficace son action.

Espérons que, dans les circonstances actuelles, le peuple martiniquais, conscient de sa géographie, de son histoire, de sa personnalité, de son cheminement propre, consente à sortir de l’assimilation intégrale et l’uniformisation, de l’absurdité et inefficacité des institutions actuelles, et réponde oui à la mise en place d’une collectivité unique gérée par une assemblée unique.

 

                                                                                          Le 18 janvier 2010

                                                                                          Le Comité Directeur de l’AM4

 A PROPOS DE LA PROPOSITION INSTITUTIONNELLE

ET STATUTAIRE DE LA MARTINIQUE

 

Suite aux échanges menés au cours de la réunion des membres et adhérents du 21 novembre 2009 sur les propositions d’évolution institutionnelle et statutaire de la Martinique, le Comité Directeur de l’AM4, au cours de sa réunion extraordinaire du mercredi 09 décembre 2009, a adopté la réflexion suivante.

 

Notre association a très vite compris que les efforts pour la préservation et le développement de la culture martiniquaise ne peuvent aboutir fondamentalement qu’avec l’avancée de la lutte pour la décolonisation de la Martinique. Aussi, a-t-elle très tôt considéré ses efforts comme une contribution à cette lutte. Elle a souligné aussi que, par décolonisation, il faut entendre la reconnaissance par l’Etat français de l’existence de la nation et du peuple martiniquais, de son droit à l’autodétermination et à la mise en place d’un pouvoir martiniquais (dont les formes et l’étendue sont à décider par les Martiniquais eux-mêmes). Dans ses Assemblées générales ordinaires d’octobre 2008 et 2009, prenant en compte l’évolution de la situation en Martinique, elle a déclaré « apprécier toutes les initiatives, tous les efforts pour domicilier des pouvoirs de plus en plus importants en Martinique ».

Les élus martiniquais, réunis en Congrès ont fait des propositions pour une évolution institutionnelle et statutaire de la Martinique. Certes, on n’a pas là une réunion des conditions indispensables à une véritable décolonisation. Cependant, cette évolution proposée implique une simplification administrative et la domiciliation à la Martinique, en partie ou en totalité, d’un certain nombre de compétences. En ce sens, elle crée l’opportunité, après la remise en cause de l’assimilation culturelle, de sortir de l’assimilation législative et administrative et de pouvoir bénéficier ainsi d’une marge de manœuvre plus importante pour la défense de l’existence de notre peuple et de ses intérêts. Au cours de l’action que nous développons depuis vingt trois ans maintenant contre l’assimilation, nous avons souvent ressenti l’absence d’une véritable possibilité de décision par et pour les Martiniquais. Aussi ressentons-nous fortement la nécessité d’une domiciliation de compétences pour la définition et l’organisation de politiques culturelles et éducatives favorisant la préservation et le développement de la culture martiniquaise.

 

Il faut entendre les interrogations, les inquiétudes, les réticences. Elles sont légitimes. Elles traduisent un besoin d’information, un attachement aussi à des droits chèrement gagnés dans la lutte contre le colonialisme ; elles traduisent malheureusement aussi les difficultés à nous dégager de ce sentiment collectif d’infériorité et d’incompétence qu’on nous a inculqué et à envisager une autre voie que l’assimilation à laquelle nous avons été habitués. Il y a bien des raisons de dire non à l’actuelle proposition d’évolution institutionnelle et statutaire. Et Il y a bien des raisons de dire oui. Il s’agit, en fait, d’un choix de société. Voulons-nous, malgré les embûches, aller vers la Responsabilité, vers une plus grande gestion de nos affaires par nous-mêmes ? La mise en place d’un nouveau cadre statutaire, en organisant une plus grande responsabilité collective, peut enclencher une véritable dynamique collective et individuelle de responsabilisation, une véritable mutation culturelle. Qui doute que notre société en a un besoin vital ?

Il est vrai qu’il existe certains risques liés à l’attitude de l’Etat français (bien que risques limités aujourd’hui par certaines conquêtes du peuple français et des peuples d’Outre-mer inscrites dans la constitution française et dans la pratique politique). Nous connaissons ces risques depuis longtemps. Nous les avons éprouvés tout au long de notre histoire. Nous savons qu’ils existeront en permanence. Nous savons que l’Etat français est avant tout préoccupé par ses intérêts et non par ceux de notre pays. Mais nous avons accepté et affronté ces risques pour la conquête de libertés démocratiques. Nous les avons acceptés et affrontés dans la lutte pour la conquête des droits sociaux. Pourquoi ne pourrions-nous pas les affronter pour la conquête de plus grandes responsabilités ? Aurons-nous, avant longtemps, une autre opportunité de disposer de certains outils à portée de main qui peuvent nous aider à faire face à l’urgence des problèmes qui se posent à notre société ?

 

Pour sa part, compte tenu de son action, de sa sensibilité, de ses expériences culturelles, il est normal pour l’AM4 de se reconnaître dans l’alternative d’une évolution institutionnelle et statutaire la plus large possible, c'est-à-dire, aujourd’hui, dans celle de la mise en place d’une collectivité unique gérée par une assemblée unique dans le cadre de l’article 74 de la constitution française.

 

Fort-de-France,

le 09 décembre 2009

MOTION AM4 SUR LE CREOLE

 

Adoptée par l'Assemblée Générale Ordinaire d'octobre 1987

 

 

Considérant que la LANGUE CREOLE est un élément important de l’identité culturelle des Martiniquais et qu’elle est comprise et parlée par l’immense majorité de la population

Considérant qu’elle est le véhicule essentiel de la culture populaire et particulièrement des chants négro-martiniquais

Considérant que, en Martinique, nous ne sommes pas en situation de bilinguisme mais de diglosie et que la langue créole est une langue opprimée et qui reste à libérer

L’AM4 reconnaît la nécessité historique d’un travail de recherche, d’étude, d’équipement et de valorisation multiforme de la langue créole

L’AM4 se sent solidaire et soutient les efforts développés par les mouvements et personnalités créolophones pour mener à bien ce travail

L’AM4 invite ses membres et sympathisants à favoriser partout le développement de l’expression créole, orale et écrite.

        AM4, CULTURE ET MOUVEMENTS RELIGIEUX

 

Motion adoptée à l'Assemblée Générale Ordinaire

d'octobre 1987

 

Considérant que, conformément à ses statuts, l’AM4 est et demeure une organisation laïque et indépendante de tout MOUVEMENT RELIGIEUX OU CONFESSIONNEL, que chacun peut y adhérer sans condition d’opinion religieuse.

 

Considérant que l’AM4, tout en restant neutre vis à vis des conceptions religieuses, peut se prononcer sur l’attitude, l’influence, l’action des mouvements religieux vis à vis de la culture noire martiniquaise.

 

Considérant que les mouvements religieux représentent une force culturelle et d’influence considérable dans notre pays et qu’ils ont joué jusqu’à ce jour un rôle assimilationiste et un rôle de destruction des éléments culturels négro-martiniquais.

 

Considérant que de plus en plus de croyants posent le problème d’un renouvellement culturel des pratiques religieuses en Martinique.

 

L’AM4 affirme qu’il est possible et normal pour les Martiniquais de vivre leurs croyances religieuses tout en restant en harmonie avec les formes culturelles de notre communauté.

 

L’AM4 souhaite que les mouvements religieux (dans le domaine qui est le leur) et les croyants d’une manière générale, apportent une contribution positive et de plus en plus importante) à la défense et au développement de l’identité culturelle martiniquaise.

 

MANNIÈ VIV NOU

ADAN DANMYÉ EK BÈLÈ

 

 

“SÉ LANMOU KI TOUT”

amour de la vie, amour des autres, amour de soi

 

« SÉ LESPRI KÒ KI MÈT KÒ »

conscience, idéal, identité, résistance

 

« SÉ YONN A LÒT, YONN ÉPI LÒT »

Solidarité

 

« SÉ LONÈ ÉPI RESPÉ »

dignité, respect, tolérance, justice

 

« SÉ LÉZALIÉ, SÉ LAFANMI, SÉ FRÈ É SÈ »

fraternité, convivialité, cohésion, harmonie

 

« SÉ AN FIL SAN FEN » É “SA OU PA KONNET GRAN PASÉ’W »

patience, prudence, humilITé

 

« SE CHAK MOUN KI SAV »

liberté, responsabilité

 

« SE TjENBÉ RED PA MOLI »

lutte, courage, effort

 

« SÉ SILON »

fermeté et souplesse, sens de la nuance et de la complexité